Variations poétiques pseudo mystiques – Jacques Eskénazi

Variations poétiques pseudo mystiques
(…Pour faire le lien entre l’avant et l’après, à la manière de qui vous voudrez…)

 

Jours de désarroi…

Alors ces temps furent temps de grand désarroi
Alors, en ces temps-là, planait l’invisible calamité, et les hommes et les femmes pleuraient et se lamentaient
Alors les hommes et les femmes se terraient et se calfeutraient
Alors les maisons de joie et de paix se transformaient en maisons de pleurs et de désespoir
Alors les hommes et les femmes comptaient ceux d’entre eux qui disparaissaient
Alors ils comprenaient que l’impensable soudainement advenait
Alors les hommes et les femmes, atterrés et pétrifiés, se lamentaient en longues plaintes tournées vers les cieux
Alors les cieux, immuables et légers, détournaient la tête, indifférents à tant de gémissements exprimés
Oui ces temps furent temps de grand danger et de grand désarroi

 

Jour de paix…

Alors, ce jour fut jour de paix.
Et la terre et les hommes fusionnèrent dans le calme et le silence.
Et le ciel vagabondait loin des nuages,
Fuyant dans le lointain.
Et tout touchait l’infini.
Et tous virent alors que la vie leur était offerte paisible et immuable.
Ce jour fut assurément le jour où les dieux, les hommes, et la terre, communièrent  entre là et au-delà.
Et ce fut un jour où les cieux firent preuve de grande clémence
Et ce fut un jour où la terre prodigua à volonté le blé, le maïs, et les pommes de terre du repas
Et ce fut un jour où les hommes et les femmes purent se nourrir de viandes à profusion
Et ce fut un jour où la vigne fournit à volonté le vin qui fait chanter les hommes et danser les femmes
En vérité, ce jour-là fut pour tous jour de fête et de joie

 

Jacques Eskénazi
Royan, le 11 Mai 2020

 

2 Replies to “Variations poétiques pseudo mystiques – Jacques Eskénazi”

Répondre à Jean-Paul Gazeau Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *