LE PALAIS de mes/nos 15 ANS – Annie Birkemeier

Je ne me rappelle plus qui, ici-même, a rappelé cette réplique d’Anna Karina dans Pierrot le fou : Qu’est-ce que j’peux faire, chais pas quoi faire… Comme quoi une réplique débile peut devenir culte (enfin, n’exagérons rien !).

Eh bien, je propose de lire ou relire les vrais grands, les Russes (gratuits sur le net quand on ne posséde pas les oeuvres). Et, de nouveau, vous aurez 15 ans. Quoi de mieux par un temps qui rend doux le confinement tout relatif que nous subissons (une heure de balades quotidiennes à Royan, franchement, il y a pire comme geôle…)

 

LE PALAIS de mes/nos 15 ANS

 J’ai en mémoire un antique palais de marbre
Verdi d’humidité, au porche à l’abandon,
Aux marches moussues escaladant le perron,
Dont les croisées nues ornent la façade glabre.

Des officiers naguère y promenaient leur sabre,
Comte Vronski, Prince Andreï y valsaient en rond,
Baisaient des mains, faisaient claquer leurs éperons,
Désormais, au milieu du salon pousse un arbre.

Jean, Paul, François et les autres, n’en veuillez pas
À ces cruelles jouvencelles de quinze ans
Dont vous lorgniez les timides et jeunes appas ;

Nous aspirions à de tout autres prétendants,
Ce furent souvent nos uniques amourettes,
Le château du grand Meaulnes hante toujours nos têtes.

 

Annie Birkemeier, année du Covid 19

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *