1 Reply to “La correspondance d’un coin à l’autre – Allain Glykos”

  1. Cher Allain

    Encore merci pour la qualité de vos envois! Vous nous proposez cependant pour le coup un thème de réflexion-et d’action- particulièrement difficile! En effet, comment reprendre à notre compte la situation de cloîtré absolu que vous décrivez dans votre envoi? Si je fouille dans ma mémoire historique, je me rends vite compte que seul l’isolement le plus strict (…je suis prisonnier en relégation… en quartier haute sécurité…je vis au Moyen Age sans moyen de communication…) pourrait me permettre d’égaler la situation évoquée!
    Or, je peux sortir , même dans un espace temps limité, disposer de mon libre arbitre certes de manière très réglementée…En quelque sorte je suis en liberté surveillée pour un temps a priori limité, même s’il n’est pas quantifiable. Alors je vois deux obstacles majeurs : il me reste un espace de liberté extérieure, je profite de tous les avantages d’un lieu de vie harmonieux et surtout: j’ai la télévision et la radio!
    En quelque sorte, ces deux médias sont à eux seuls l’ouverture sur le monde dont les cloîtrés que vous évoquez n’ont pas!
    Reprendre nos travaux d’écriture à la chandelle, alors que nous attendons tous le JT de 20h pour connaître la météo et l’avancée de la lutte contre le covid, me paraît un exercice hors de mes forces, pour ne pas dire impossible!
    Mais je ne suis pas seul sur ce blog, et j’attends comme vous que ceux qui auront la force de s’extraire du monde nous communiquent leur ressenti.
    Bien cordialement,

    Jacques Eskénazi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *