_______________________________________________________________________________________
_______________________________________________________________________________________

> Collapsologie : vraies peurs et vraie responsabilité > café-philo des RdV littéraires de Royan d'avril 2020 ✎ Jacques Eskénazi

Rédigé par webmestre Aucun commentaire
Classé dans : philo Mots clés : aucun

«La seule chose dont nous devons avoir peur, c'est la peur elle-même»
Franklin D. Roosevelt

La peur d'un arrêt brutal, voire durable, de notre forme de civilisation fait de plus en plus d'émules et pose question :

– La civilisation que nous avons créée est-elle pérenne ?
– Peut-elle s'effondrer du jour au lendemain et si oui, comment et pourquoi ?
– Aurions nous créé un système de vie globale tellement fragile que le moindre incident  est susceptible de bloquer toute la machine et de remettre en question ses fondements ?

Le COVID 19 est dans toutes les pensées. Il me paraît inutile, voire ridicule, de le nier. Mais nous ne sommes pas là pour pour évoquer cette pandémie (...pour cela, se référer aux JT...) mais pour  aller au delà de la simple émotion du moment. La réflexion philosophique est une réflexion menant à la sagesse, à «la vie bonne». Il s'agit donc pour nous d'aller au-delà de l'émotion immédiate, en quelque sorte de prendre recul et hauteur mais pas trop : si l'on recule trop, on risque de tomber à la renverse, si l'on prend trop de hauteur on risque de ne plus rien voir. «In medio stat virtus»

Lire la suite de > Collapsologie : vraies peurs et vraie responsabilité > café-philo des RdV littéraires de Royan d'avril 2020 ✎ Jacques Eskénazi

_______________________________________________________________________________________
_______________________________________________________________________________________

> art et philosophie > café-philo des RdV littéraires de Royan du 7 février 2020 ✎ Jacques Eskénazi

Rédigé par webmestre Aucun commentaire
Classé dans : philo Mots clés : aucun

Ce qui nous vient immédiatement à l'esprit lorsque l'on évoque la notion d'art, ce sont, presque immanquablement, les tableaux de Léonard de Vinci, de Michel Ange, de Van Gogh, de Picasso...
Inconsciemment, me semble-t-il, nous assimilons en première approche, l'Art, dans sa globalité, à l'art pictural -la peinture- à la création artistique qui s'y rapporte, et à l'idée de la beauté. C'est un «a priori» forcément réducteur. Car -et c'est un truisme- si le «miracle» de l'art se réduisait à ce simple constat nous ne serions pas ici ensemble à chercher Sa Vérité.

Lire la suite de > art et philosophie > café-philo des RdV littéraires de Royan du 7 février 2020 ✎ Jacques Eskénazi

_______________________________________________________________________________________
_______________________________________________________________________________________

> Le progrès est-il synonyme de bonheur ? > café-philo des RdV littéraires de Royan du 5 décembre 2019 ✎ Jacques Eskénazi

Rédigé par webmestre Aucun commentaire
Classé dans : philo Mots clés : aucun

Bibliographie

-Questions Philo (Magazine) : plus de 60 concepts incontournables
-Alain «Propos sur le bonheur»-Michel Serres «C'était mieux avant»
-Kant «Fondements de la métaphysique des moeurs»
-Schopenhauer «Le monde comme volonté et représentation»- «L'art d'être heureux à travers 50 règles de vie»
-Luc Ferry, Nicolas Bouzou «Sagesse et folie du monde qui vient»
-Luc Ferry : «Les mots de la philo-B comme Bonheur»-CD
-Raymond Aron « Les désillusions du progrès: essai sur la dialectique de la modernité»
-Frédéric Lenoir, André Comte-Sponville,Mathieu Ricard.


Je dirai en remarque préliminaire que la littérature abordant le thème du bonheur est particulièrement riche, et parfois contradictoire (à titre d'exemple ; certains soutiennent que le bonheur est indépendant des circonstances extérieures, d'autres soutiennent au contraire qu'on ne peut pas être heureux sans se soucier de son environnement proche). En revanche les ouvrages traitant du progrès sont moins abondants, comme s'il posait moins d'interrogations. Beaucoup mettent l'accent sur ses dérives possibles, voire son utilité, aucun ne met en doute son existence... Il y a une explication évidente à cette apparente dichotomie, et c'est -entre autres- ce que je vous propose d'éclaircir au cours de ce débat.

Quelques définitions tout d'abord ....

Lire la suite de > Le progrès est-il synonyme de bonheur ? > café-philo des RdV littéraires de Royan du 5 décembre 2019 ✎ Jacques Eskénazi

_______________________________________________________________________________________
_______________________________________________________________________________________

> Peut-on s’exclure volontairement de la société ? > café-philo des RdV littéraires de Royan du 10 octobre 2019 ✎ Jacques Eskénazi

Rédigé par webmestre Aucun commentaire
Classé dans : philo Mots clés : aucun

Bibliographie
- Luc Ferry : « Epicuriens et stoïciens , la quête d’une vie réussie »
- Luc Ferry : «  La pensée 68 et l’ère du soupçon »
- Luc Ferry : «  Nietzsche, la mort de Dieu »
- Epictète  :  « Ce qui dépend de nous »
- Patrick Süskind :  « Le parfum »
- Frédéric Lenoir
- Arthur Schopenhauer
- Jean Paul Sartre


NB : Pour ce premier rendez vous de la rentrée philosophique, j'ai jugé utile de joindre quelques éléments de méthodologie qui pourront inspirer les uns ou les autres sur la manière d'organiser leurs idées. Il va de soi que ce n'est qu'une suggestion... 
 
-1- Méthodologie : pourquoi philosopher ?

Lire la suite de > Peut-on s’exclure volontairement de la société ? > café-philo des RdV littéraires de Royan du 10 octobre 2019 ✎ Jacques Eskénazi

_______________________________________________________________________________________
_______________________________________________________________________________________

> L'intérêt commande-t-il les relations sociales ? > café-philo des RdV littéraires de Royan du 10 mai 2019 ✎ Jacques Eskénazi

Rédigé par webmestre Aucun commentaire
Classé dans : philo Mots clés : aucun

Bibliographie :
André Gide «Les caves du Vatican»
Jean Jacques Rousseau «Du contrat social»
Emile Durkheim «De la division du travail social»
Arthur Schopenhauer «Le monde comme volonté et comme représentation»
Sartre «La nausée»


La question qui nous réunit aujourd'hui part d'un constat évident : l'homme n'est pas fait pour vivre seul. Depuis des temps immémoriaux son existence n'a pris sens que dans la mesure où il a su- voire dû- tisser des liens avec ses semblables, ne fût ce que pour résister ensemble à la dureté des temps.
C'est, me semble-t-il, une évidence que d'affirmer que, fondamentalement, l'homme est animé par un instinct grégaire, qui l'a amené, volontairement ou pas, à tisser des relations avec l'autre, d'où la vie en tribu d'abord, en société industrialisée par la suite. Nous serions animés par deux tendances contradictoires: une tendance naturelle à la sociabilité, et une autre à l'individualisme, ce que Kant appelle «L'insociable sociabilité», et ce que Schopenhauer illustre joliment par l'exemple des porcs-épics qui se rapprochent les uns des autres pour se réchauffer, tout en marquant leurs distances pour ne pas être blessés par les piquants de l'autre.

Lire la suite de > L'intérêt commande-t-il les relations sociales ? > café-philo des RdV littéraires de Royan du 10 mai 2019 ✎ Jacques Eskénazi

_______________________________________________________________________________________
_______________________________________________________________________________________

> LA SAGESSE: sagesses d'hier ou d'aujourd'hui ? > café-philo des RdV littéraires de Royan du 8 mars 2019 ✎ Jacques Eskénazi

Rédigé par webmestre Aucun commentaire
Classé dans : philo Mots clés : aucun

Définition de la sagesse selon le Larousse : « Qualité de quelqu'un qui fait preuve d'un jugement droit, sûr, averti dans ses décisions, ses actions. Agir avec sagesse. Comportement d'un enfant tranquille, obéissant; docilité. Caractère de ce qui demeure traditionnel, classique, éloigné des audaces ou des outrances. Idéal supérieur de vie proposé par une doctrine morale ou philosophique: comportement de quelqu'un qui s'y conforme. La sagesse antique, orientale.»
Autant dire que nous avons affaire ici à une proposition de définition qui brille par sa passivité, voire son opacité. S'y l'on en croit le Larousse, on n'est sage que lorsque l'on ne fait rien... ou presque. C'est une définition que l'on peut considérer comme nettement insuffisante : c'est donc à nous d'y apporter plus de vécu, de liant.

Lire la suite de > LA SAGESSE: sagesses d'hier ou d'aujourd'hui ? > café-philo des RdV littéraires de Royan du 8 mars 2019 ✎ Jacques Eskénazi

Fil RSS des articles