> L’utérus est-il iconoclaste ou iconophile ? ✎ Allain Glykos

Rédigé par webmestre Aucun commentaire
Classé dans : tribune libre Mots clés : aucun

          Voilà une question bien étrange. On dira aisément que l’utérus a été notre premier lieu de confinement, jusqu’à ce que notre mère n’en pouvant plus, nous mette à la porte de chez elle. L’image est un peu facile et ne mérite pas grand développement.
( crédit aux artistes )

Lire la suite de > L’utérus est-il iconoclaste ou iconophile ? ✎ Allain Glykos

Oscar Wilde et Marcel Proust : les correspondances manquées ✎ Danielle Guérin

Rédigé par webmestre Aucun commentaire
Classé dans : tribune libre Mots clés : aucun

          En 1891, dans les salons parisiens, Oscar Wilde et Marcel Proust se sont croisés, aperçus, et irrémédiablement manqués. Ils avaient pourtant esquissé un bref mouvement de danse – deux pas en avant et trois pas en arrière – avant de se séparer sur un simple salut sec et froid. L’éléphantesque Oscar avait écrasé les pieds délicats du petit Marcel en invectivant les malheureux parents Proust coincés au fond de leur salon du boulevard Malesherbes auxquels il lança cette apostrophe incongrue « Comme c’est laid chez vous !» avant de s’enfuir comme un voleur sans honorer le déjeuner auquel Marcel l’avait convié. Proust, vexé, reprendra d’ailleurs cette remarque cavalière dans La Prisonnière en la plaçant dans la bouche du baron de Charlus.

          Wilde n’avait rien pressenti de l’exceptionnel génie du futur auteur de la Recherche, qui devait le propulser aux sommets littéraires du XXe siècle. Il ne voyait sans doute en lui qu’un petit jeune homme intéressant et cultivé, doté de beaux yeux levantins, susceptible de grossir agréablement les rangs de ses disciples français. Quant à  l’admiration de Proust pour Wilde, elle était très limitée, pour ne pas dire inexistante. « Je l’admire fort peu » écrit-il à Gide en janvier 1922, (1) quelques mois seulement avant sa mort, ce qui ne l’empêche pas de reprocher sa dureté à l’auteur d’In Memoriam : « J’ai trouvé que vous parliez sur un ton bien dédaigneux à Wilde […] Je ne comprends pas les réticences et les rudesses en parlant à un malheureux ».

Lire la suite de Oscar Wilde et Marcel Proust : les correspondances manquées ✎ Danielle Guérin

Fil RSS des articles de cette catégorie