> Bleus de Royan ✎ Jean-Paul Gazeau

Rédigé par webmestre 4 commentaires
Classé dans : art Mots clés : aucun

A en juger par le titre de plusieurs de ses œuvres,  le peintre Olivier Debré voyait la vie en bleu à Royan : 

Port bleu Royan (1963)
Bleu - Royan (1964)
Bleu  océan, Royan (1965)
Petite bleue- Royan (1965)
Bleu le soir à Royan (1965)
Petit bleu - Royan (1969)
Royan bleu taches vives (1971)
Bleu pâle du port de Royan (1973)
Tout bleu - Royan (1975)
Bleu pâle - Royan (1975)
Royan bleu (1976)
Royan bleu pâle tache verte (1982)
Bleu de Royan taches vives (1993)
Bleu très pâle de Royan (1996)
Etc.

Lire la suite de > Bleus de Royan ✎ Jean-Paul Gazeau

> Le Platane ✎ Thérèse Boulanger

Rédigé par webmestre 1 commentaire
Classé dans : art Mots clés : aucun

Le Platane * 

 Qu'il est beau en hiver dépouillé de ses feuilles, nu, face à la mer qui a pris les couleurs  de son écorce, gris vert, jaune pâle, vert foncé.

                       Un vêtement de soldat

                       Un vêtement militaire de camouflage.

L'horizon bleuté de Foncillon évoque la « Ligne bleue des Vosges ».

Le nuage blanc et son reflet en forme de lame pointue apparaît comme une arme tranchante.

Ce tableau en apparence anodin, un simple platane, se révèle, si on conjugue les détails, être un tableau de guerre, représentant les pensées enfouies, inavouées, refoulées, où l'arbre dans sa grandeur agglutine, imprime des formes humaines et animales qu'écrase la grande semelle cloutée de l'ennemi.

...Quand un tableau DÉVOILE les profondeurs de la pensée à l'insu de la personne même ! On s'étonne...


* Toile de Théboul, actuellement exposée à Saint Sulpice de Royan, « Les Résidentiels », avenue de  Rochefort, jusqu'au 17 février,


> le parti pris des choses ✎ Janie Beghin

Rédigé par webmestre Aucun commentaire
Classé dans : art Mots clés : aucun

Pour répondre à la question,* :  objets inanimés avez-vous une âme ?

Je répondrai par une autre question : connaissez-vous le poète Francis Ponge ?

Loin des fioritures, des élans lyriques et autres lourdes métaphores, ce poète du début du siècle dernier s'est attaché à faire la description minutieuse d'objets usuels, d’humbles créatures auxquels il restitue leur dignité originelle. Un dépouillement de la forme, très travaillée par ailleurs, qui n'exclut pas, tant s'en faut une sourde tendresse.

En voici un exemple, tiré du « proème » L’orange : Comme dans l’éponge il y a dans l’orange une aspiration à reprendre contenance après avoir subi l’épreuve de l’expression. Mais où l’éponge réussit toujours, l’orange jamais…

J’aime ce regard précis, aigu, qui prend son temps, sur les objets du quotidien : le poète comme le photographe de l’exposition ont su nous réjouir par ce parti pris des choses. A l’heure de ces confinements à répétition, quel joli voyage à portée de tous.


* Cette question m’est venue à l’esprit après avoir consulté sur le site la rubrique « art » ; comme Jean-Paul, je ne saurai trop vous recommander la visite de l’exposition qui se tient actuellement sous les Voûtes du Port.

> l'inquiétante étrangeté ✎ Jean-Pascal Léger

Rédigé par webmestre 1 commentaire
Classé dans : art Mots clés : aucun

C E N T R E  D’ A R T S   P L A S T I Q U E S  D E   R O Y A N


L’Inquiétante Étrangeté


Pierre-Yves Bohm, Max Neumann, Daniel Pommereulle, Antoni Ros Blasco

Quels démons familiers cherchent les artistes lorsqu’ils se confient au silence de la peinture ? Quels états oniriques leur font concevoir d’inquiétants « objets de prémonition » ? L’art formule-t-il cette étrangeté du monde où ils croient reconnaître des « revenants » ? Des hantises sans visage ? Dans le réseau obsessionnel des signes qu’ils inventent, allons-nous, nous aussi, interroger nos pressentiments et nos superstitions ? Une pointe, un fil tranchant, un pointillé-clouté... raniment « les âmes errantes de la peinture » (Ros Blasco) et nos premiers émois.

Ces quatre artistes n’appartiennent à aucune école. On croirait pourtant qu’ils partagent bien des formes tutélaires et bien des feux sacrés. S’agit-il des frayeurs de l’enfance ? Aucun d’eux ne refuse de s’y brûler.

À la question que lui posait André Breton : « Qui êtes-vous ? », Nadja répondit, sans hésiter : « Je suis l’âme errante ». Sa réponse rimait ainsi avec la première phrase du livre : « Qui suis-je ? Si par exception je m’en rapportais à un adage : en effet tout ne reviendrait-il pas à savoir qui je "hante" ? »


Inauguration le samedi 13 février de 15h à 19h.

Exposition ouverte du vendredi 12 février au lundi de Pâques 5 avril 2021 inclus.

Du mardi au dimanche, de 15h à 18h.

Espace d’art contemporain, Voûtes du Port, 19, quai Amiral Meyer, Royan, 0676754347


Fil RSS des articles de cette catégorie