_______________________________________________________________________________________
_______________________________________________________________________________________

> le printemps des poètes : le lac de la Métairie de Pontaillac ✎ Annie Birkemeier

Rédigé par webmestre Aucun commentaire
Classé dans : poésie Mots clés : aucun

(N’est pas Lamartine qui veut, mais qui ne tente rien... Poème remanié au printemps 2021)

Ainsi, toujours happés par de nouveaux virus,
Dans le confinement relégués sans partage,
Devrons-nous désormais partout faire chorus
Pour éviter le naufrage ?

Ô lac ! La Métairie s’ouvre à peine au printemps,
Et près des eaux chéries où le canard abonde,
Regarde ! je viens seule m'asseoir sur ce banc
Ouïr clapoter l’onde !

Toi, tu ne mugis point sous des roches profondes,
Tu ne te brises pas sur des récifs dorés,
Tu es l’humble allié de la nature féconde,
Et des cieux mordorés.

Un soir, vous souvient-il ? Nous rêvions en silence ;
On n'entendait au loin, sur l'onde et sous les cieux,
Que l’appel des crapauds qui rythmaient en cadence
Ton courant capricieux.
 
Ô temps ! suspends ton vol, et vous, passants oublieux
Suspendez un instant l’aveugle promenade :
Regardez patiner les canetons curieux
Savourant la baignade.

Ô lac ! Oies et oisons, crapauds, jolies canettes !
Vous, qui n’avez du temps notion ni souvenir,
Aimez vos petits ! Vos prochaines amourettes
Sauront bien assez tôt advenir !

Ô Lac, que le zéphyr qui frémit ne se lasse
De rider ta face que la lune blanchit,
Et que le soupir discret des roseaux se fasse
L’écho éphémère de l’oiseau qui languit.
Que tout ce qui aime et soupire puisse dire :

Fini le confinement, enfin on respire !


Annie Birkemeier, samedi 11/04/2020 ; revu et corrigé le 15/06/2021

Écrire un commentaire

Quelle est le sixième caractère du mot lcu6bze3 ?

Fil RSS des commentaires de cet article