_______________________________________________________________________________________
_______________________________________________________________________________________

> Peut-on apprivoiser le temps ? ✎ Jacques Eskénazi

Rédigé par webmestre Aucun commentaire
Classé dans : philo Mots clés : aucun

          Pour lancer notre débat de la manière la plus simple possible je dirai que notre rapport au temps relève de la plus totale incompréhension... « En apparence, nous dit Etienne Klein, il est aussi banal que les mots pain ou table, mais cette proximité familière ne résiste pas longtemps à l'exploration» ! Et de citer Saint Augustin  « Quand on ne me le demande pas, je sais ce qu'est le temps; quand on me le demande, je ne le sais plus»... Paradoxe troublant et pourtant imparable...

            J'écarte d'emblée bien sûr le temps météorologique sur lequel nous informent quotidiennement Anaïs Baïdemir ou Chloé Nabédian sur France2 ! Vous vous doutez bien que ce n'est pas de ce temps-là que nous allons débattre...

                         Quand arrive une journée nouvelle, les questions s'accumulent :

«A quoi utiliser mon temps ?»...

«Je perds du temps»...

«Combien de temps me faut-il pour parcourir telle distance, effectuer telle action ?»... 

«Novembre 2020, qu'ai-je donc fait de tout ce temps passé, déjà derrière moi ?» …

            Il faut bien nous rendre à l'évidence : le temps s'impose à nous comme une donnée intangible, impalpable, et pourtant omniprésente !

            Alors nous faisons appel à nos références littéraires pour nous soutenir : Lamartine souhaitait arrêter le temps : «O temps suspends ton vol»... Proust se réfugiait à la recherche du temps perdu, voire du temps retrouvé...Orwell (1984) nous berçait de l'illusion que nous pouvions prévoir l' avenir, Bécaud lui -même: «Et maintenant...Que vais-je faire ?...De tout ce temps ?...Que sera ma vie ?...»etc, etc...

            Entre le présent, le passé, et l'avenir, ces romanciers, ont essayé, chacun à leur manière, de marquer le temps...Peine perdue : le temps passé ne se rattrape pas, le présent est déjà passé et l'avenir n'est qu'une illusion...

            D'où notre débat de ce jour: pouvons-nous apprivoiser, c'est à dire domestiquer, faire nôtre, nous approprier en quelque sorte, une entité aussi fugace, aussi impalpable? Et surtout, c'est quoi ce temps dont nous allons débattre ? Je vous propose quatre pistes de réflexion, mais beaucoup d'autres sont possibles...

                                    Autant l'avouer : nous partons avec un lourd handicap !

                                                                                  

                                                                     -1- Le temps ? Beaucoup de mots pour rien...                                                                              

                                                                                                                      Que nous dit Pascal ?

            Il ne nous facilite pas la tâche : il dit du mot temps qu'il est un mot «primitif» (une allusion évidente aux nombres bien sûr) au sens où il fait partie de ces termes si fondamentaux qu'il est impossible de les définir. Ce que je qualifierai – il ne m'en voudra pas j'espère- de «pirouette» de mathématicien...

                                                                                                                      Que nous dit Platon ?

            La perception qu'en a Platon, c'est bien sûr une perception « idéalisée » au sens « idée » du terme : « Le temps est l'image mobile de l'éternité immobile » , une perception que je ne suis pas loin de partager et que d'autres évoquent d'une manière différente (Cf. infra Comte Sponville)...Malheureusement elle ne nous aide pas plus que la perception de Pascal...

 

                                                                                                                      Que nous dit Aristote ?

            Pour Aristote, physicien et matérialiste, le temps est le moteur des choses, la force de vie qui circule dans le grand corps de la nature. Il le définit comme : « le nombre du mouvement selon l'avant et l'après ». Une perception que n'aurait pas niée un horloger ! Mais une horloge peut-elle domestiquer le temps ? Je serais plutôt tenté de dire qu'elle le marque de manière conventionnelle...                                                                          

                                                                                                                       Que nous dit Heidegger ?

            Heidegger de son côté affirmait: « Le temps lui-même, en l'entier de son déploiement, ne se meut pas, et est immobile et en paix», ce qui, il faut bien en convenir, s'inscrit dans la ligne de la pensée platonicienne                                                                                                            

                                                                                              Que nous dit André Comte Sponville ?

            Dans son Encyclopédie philosophique ( p991) Comte Sponville cite d'emblée le philosophe stoïcien, Chrysippe: «Le temps se prend en deux acceptions». Et de préciser  «Il est d'usage de les confondre, et c'est justement cette confusion, presque toujours, qu'on appelle le temps. Le temps, c'est d'abord la durée, mais considérée indépendamment de ce qui dure, autrement dit abstraitement...Ce temps abstrait, précise-t-il, peut se concevoir, et se conçoit ordinairement comme la somme du passé, du présent et de l'avenir. Mais ce présent n'est alors qu'un instant sans épaisseur, sans durée, sans temps (...s'il durait, il faudrait le diviser en passé et en avenir...) et c'est en quoi il n'est rien ou presque rien. A le considérer abstraitement, le temps est alors constitué essentiellement de passé et d'avenir et, pour cela, indéfiniment divisible et mesurable. C'est le temps des savants et des horloges.»    

                                    Mais il y a aussi le temps concret ou réel- le «chronos» des stoïciens...

            «Il est la durée de tout, continue Comte Sponville, autrement dit, la continuation indéfinie de l'univers, qui demeure toujours le même comme disait Spinoza, bien qu'il ne cesse de changer en une infinité de manières. C'est la seconde acception du mot : non plus une pensée, mais l'être même de ce qui dure et passe. C'est le temps de la nature ou de l'être: le devenir en train de devenir...Le passé? Ce n'est rien de réel puisque ce n'est plus. L'avenir ? Ce n'est rien de réel non plus puisque ce n'est pas encore...Le temps dans sa vérité est donc celui de la nature : ce n'est qu'un perpétuel quoique multiple et changeant maintenant...»

                                                                                                                      Que nous dit Bergson ?

                        Il n'y a rien de commun entre le temps connu par la science- mesurable, quantifiable, c'est un milieu homogène dans lequel les choses évoluent- et le temps vécu qu'il nomme par opposition «sentiment intérieur de la durée». Universel et objectif, le temps de la science n'existe, paradoxalement, pour personne. Le temps vécu est subjectif, il est qualitatif, fait de moments hétérogènes, de vitesses différentes. Et pourtant, c'est le même temps que la science présente pourtant comme une succession d'intervalles invariables : les instants.

                                                                                                                      Que nous dit Kant ?

            «Je suis le temps, propose-t-il en résumé, mais je suis aussi dans le temps». Ce qui ne résiste pas à l'analyse : comment penser le temps à la fois comme un mode de la sensibilité humaine et comme une donnée globale? C'est tout Kant ça...

                       

                        Convenez avec moi que toutes ces définitions pour brillantes et pertinentes qu'elles soient, restent quand même bien abstraites et ne nous aident pas au débat qui nous occupe....Ce que relève d'ailleurs Etienne Klein: «Il semble en définitive que les mots n'aient pas d'accès direct au temps: ils ne font que graviter autour de lui en le voilant»

            Ce que confirmait Einstein toujours cité par Klein : «il n'y a pas un temps des philosophes, il y a un temps psychologique différent du temps des physiciens»

 

                                                                                   -2- Le temps ? Il revient tout le temps...

             Dans le film «Un jour sans fin» Bill Murray joue le rôle d'un présentateur météo qui doit couvrir les festivités annuelles du jour de la marmotte à Punxsutawney  en Pennsylvanie.

            Bloqué par le blizzard à l'issue du reportage il doit se résigner à rester dans le bourg plus longtemps que prévu.... Et  c'est alors que survient l'impensable: en se réveillant le lendemain, puis le surlendemain, puis le jour suivant....il se retrouve dans la même situation que le jour d'avant: il se réveille dans la même chambre d'hôtel, entend la même chanson au radio réveil retrouve les mêmes situations professionnelles... Sans le savoir il est coincé dans une boucle temporelle qui lui fait revivre inéluctablement la même journée, le même jour sans fin, jusqu'à ce que le sortilège tombe !

            Ce qui pourrait paraître comme une simple fiction issue de l'imagination d'un scénariste talentueux avait en fait été largement anticipé par Schopenhauer et Nietzsche...

                                                                                                           Que nous dit Schopenhauer ?

            Schopenhauer se représentait le temps comme un cercle éternellement refermé sur lui-même. Pour lui c'est surtout la notion de devenir qui paraît illusoire...Le temps fait toujours semblant d'annoncer une fin nouvelle, mais en réalité il ramène au point de départ. Il tourne mais ne progresse pas. Il peut certes y avoir des modifications mais elles sont illusoires et marquent pour ce gai luron «l'éternelle répétition du même drame». L'humanité doit accepter l'éternelle répétition de son histoire. Ce à quoi on peut bien sûr objecter que ce n'est pas parce que l'histoire se répète que le temps lui-même tourne en rond...(Le reconfinement qui nous est imposé n'en est-il pas la meilleure illustration ?)

                                                                                                                      Que nous dit Nietzsche ?

            Nietzsche et la philosophie de l'éternel retour... «Mes amis, nous dit-il, je suis celui qui enseigne l'éternel retour....J'enseigne que toutes choses éternellement reviennent et vous-mêmes avec elles et que vous avez déjà été là un nombre incalculable de fois et toutes choses avec vous...» Il y a là peut-être une forme d'éclairage : pourquoi essayer d'apprivoiser le temps puisque de toute façon toutes choses qui nous sont advenues reviennent d'elles-mêmes ! En quelque sorte le temps s'autoapprivoiserait...

                        On peut cependant faire la même remarque : n'y a-t-il pas chez Nietzsche confusion entre le temps, donnée immatérielle et les moments que nous vivons qui sont des données purement matérielles ?

 

                                                                                               -3- Le temps ? C'est de l'espace...

 

            J'ai trouvé chez Etienne Klein une formulation simple de la notion d'espace -temps, telle qu'elle a été formalisée par Newton. Ce dernier suppose que le temps n'a qu'une dimension et son argument est simple : un seul nombre suffit pour dater un événement physique. « Il n'y a donc qu'un seul temps à la fois, précise Etienne Klein, et comme il ne cesse jamais d'y avoir du temps qui passe on le représente par une ligne parfaitement continue. Le temps se trouve ainsi assimilé à un flux composé d'instants infiniment proches succédant les uns aux autres». C'est bien sûr une position particulièrement rassurante mais qui là aussi vacille devant l'analyse : «Comment puis-je à la fois être dans le présent et prendre suffisamment de recul pour m'apercevoir que le temps passe ?» Saint Augustin.

            On semblerait mélanger deux paramètres a priori indissociables : si le temps est irréversible, ce qui est finalement la marque de notre impuissance, l'espace lui est réversible : on peut aller d'un point A à un point B et revenir...

 

                                                            -4- Le temps ? C'est le chronomètre de notre existence...

 

            A ce niveau de notre recherche je ne peux évidemment pas passer sous silence l'image de Kronos (...Chronos...) avalant ses enfants pour éviter qu'ils ne se débarrassent de lui comme lui-même l'avait fait avec Ouranos. On sait ce qu'il en est advenu puisque Zeus en a réchappé...

             On peut au moins en tirer une leçon : on ne peut arrêter le temps, et on a beau essayer de tuer le temps, au final c'est le temps qui l'emporte !

            En fait, un constat s'impose : au fil des années, le temps semble passer plus vite au fur et à mesure que l'on vieillit. Ce constat a du sens : lorsque l'on a 10 ans une année ne représente finalement que 10% de notre vie ce qui peut sembler très long. A 50 ans, une année ne représenterait donc plus que 2% de notre vie et nous semble durer 5 fois moins longtemps.

            Des mathématiciens ont même poussé le raisonnement jusqu'à mettre ce constat en équation : cela vaut ce que cela vaut bien sûr, mais on aboutit à une équation du genre : DAA (Durée Apparente d'une Année = A (Année)/ AR (Age réel) d'où il ressort que la durée apparente d'une année est inversement proportionnelle à l'âge réel d'une personne...

 

Socrate au secours !

            C'est maintenant au groupe de découvrir Sa vérité (...la maïeutique socratique..)...

Alors bien sûr on pourrait explorer d'autres voies que celles que je vous propose : le temps c'est de l'argent...Le temps c'est l'histoire des hommes...(Marx)...Le temps c'est la recherche quotidienne du plaisir (Epicure)...On pourrait bien sûr faire preuve également d'un matérialisme à toute épreuve et considérer le temps comme une matière en soi....

            Alors je dirais simplement : on ne peut pas apprivoiser le temps, on peut apprivoiser son temps ! Nous osons penser que le temps passe parce que nous l'avons dompté par les aiguilles de notre montre, alors que tout tend à démontrer que c'est nous qui passons...Arrogance de l'esprit humain...

Merci de m'avoir accordé un peu de votre temps...

                                                                                                                       Jacques Eskénazi

                                                                                                                      Royan Novembre 2020



Écrire un commentaire

Quelle est le premier caractère du mot g7xzkp9 ?

Fil RSS des commentaires de cet article