_______________________________________________________________________________________
_______________________________________________________________________________________

> " Est-ce que je te demande si ta grand-mère fait du vélo ? " ✎ Jean-Paul Gazeau

Rédigé par webmestre 5 commentaires
Classé dans : tribune libre Mots clés : aucun

« Est-ce que je te demande si ta grand-mère fait du vélo ? ».  Cette expression est tombée en désuétude et vu le nombre de mamies qui pédalent aujourd’hui, elle a même perdu un peu de son sens. C’est dommage, parce que figurez-vous qu’elle a pu être conçue à Royan. 

En effet son auteur, Albert Willemetz, séjourna plusieurs étés à Royan dans les années 20. Il fut notamment propriétaire de la villa Aigue Marine (100 boulevard Garnier). On n’a aucune peine à imaginer que ces paroles lui ont été inspirées par un Charentais Inférieur (gentilé des autochtones à l’époque) agacé par les questions incongrues et indiscrètes de baignassouts :


-          Et en hiver, vous vous ennuyez pas trop ?

-          Pourquoi la mer est marron sale à Royan ?

-          Pourquoi on vous appelle les cagouillards ?

-          On m’a dit que les Charentais avaient inventé le pineau parce que leur vin était imbuvable ?

-          Est-ce –que c’est vrai que les Charentais ont le melon ?

-          C’est vrai que les Charentaises sont pantouflardes ?

-          Pourquoi on vous appelle les culs salés ?

-          Pourquoi vous dites poche pour un sac en papier ?

-          Pourquoi vous dites chocolatine au lieu de pain au chocolat ?

-          Pourquoi vous dites tantôt pour cet après-midi ?

-          Pourquoi vous passez la since et pas la serpillière ?

Albert Willemetz est un célèbre parolier et librettiste des Années Folles ayant commis d’inénarrables chefs d’œuvre de la « poésie française » qui sont restés dans la mémoire collective : Mon homme, Dans la vie faut pas s’en faire, Si vous connaissiez ma poule, Ramona, Sous les palétuviers, Félicie aussi, C’est une gamine charmante, etc.

 « Est-ce que je te demande si ta grand-mère fait du vélo ? » est une ritournelle extraite d’une opérette « Trois jeunes filles nues » dont la musique est de Raoul Moretti qui fréquenta lui aussi Royan, invité à « Aigue Marine » par Albert Willemetz.

Parmi les hôtes d’Aigue-Marine figurait également le compositeur André Messager qui fit appel aux talents de librettiste d’Albert Willetz pour deux de ses opérettes : « Coups de roulis » et « Passionnément ». La fille d'André Messager, Madeleine, dite Bibi, fut l'épouse du photographe Jacques-Henri Lartigue qui immortalisa sur la pellicule les Années Folles à Royan.

Bien entendu, le meilleur ami d’Albert Willemetz, Sacha Guitry, et sa femme, Yvonne Printemps, étaient régulièrement invités à Aigue Marine. Yvonne était connue pour être légèrement nymphomane, Sacha souffrait de troubles érectiles. Ils ont sans doute tenu ce savoureux dialogue alors qu’ils se promenaient sur la plage de la Grande Conche :

-          Lui : « Yvonne chérie, quand vous serez morte, on dira enfin froide ! »

-          Elle : « Sacha chéri, quand vous serez mort, on dira enfin raide ! »

Guitry fut le librettiste de l’opérette de Messager « l’Amour Manqué » dont ce couplet délicieusement licencieux illustre la bonne humeur qui régnait alors à Aigue Marine : 

Un seul amant, c'est ennuyeux

C'est monotone et soupçonneux

Tandis que deux

C'est vraiment mieux

 

Les deux copains d’enfance Guitry et Willemetz ont bien entendu marié leurs talents dans quelques revues (Il faut l’avoir, A vol d’oiseau, Revue de Printemps, Exposition de Noirs, etc.) et chansonnettes (Si l’on savait avant, A l’abreuvoir, Quand je sors le p’tit, etc.). On ne buvait pas que de l’eau à Aigue Marine ! On imagine volontiers les deux compères en train d’affuter leurs saillies lors de soirées bien arrosées :

  • Sacha : « Le meilleur moyen de faire tourner la tête à une femme, c'est de lui dire qu'elle a un joli profil. »
  • Albert : « C'est souvent avec une femme idiote qu'on peut vivre en bonne intelligence »
  • Sacha : « Depuis que j'ai une maîtresse que j'aime, je n'ai plus envie de tromper ma femme. »
  • Albert : « En amour, il n'y a que le premier faux pas qui coûte ».
  • Sacha : « Il y a deux sortes de femmes : celles qui sont jeunes et jolies et celles qui me trouvent encore bien ».
  • Albert : « Le golf est, pour ceux qui ont fait leur chemin, l’amusement d’accomplir encore un parcours. »
  • Sacha : « Il va falloir qu'un jour enfin je me décide à lire les livres que, depuis trente ans, je conseille à mes amis de lire.» (c’était bien avant la création des Rendez-vous littéraires de Royan !).
  • Albert : « Le mariage est une patience qui peut devenir une réussite. »
  • Sacha :  “Citer les pensées des autres, c'est regretter de ne pas les avoir trouvées soi-même.” (ça c’est ben vrai !)

Autre pote de Willemetz ayant fréquenté Royan et la villa Aigue Marine, Henri Christiné avec lequel Albert Willemetz composa plusieurs opérettes dont « Dédé »,   surtout connue pour sa fameuse rengaine «  dans la vie faut pas s’en faire »,  paroles sans doute inspirées par la nonchalance des Charentais.

Henri Christiné fit construire une villa à Pontaillac qu’il baptisa « Phi-Phi » (petit nom du sculpteur Phidias) comme son opérette à succès (paroles de Willemetz) et d’où est tirée la chansonnette «  c’est une gamine charmante » :

C'est une gamine charmante, charmante, charmante,

Qui possède une âme innocente, innocente.

En elle tout est poésie, poésie,

Elle répond au joli nom d'Aspasie.

 

Pour terminer, un couplet de « je te demande si ta grand-mère fait du vélo » qui vous permettra, notamment quand les baignassouts seront de retour, d’écarter les fâcheux, les indiscrets et autres casse-pieds :


Est-ce que je te demande
Si ta grand-mère fait du vélo
Si ta p’tite sœur est grande
Si ton p’tit frère a un stylo
Si ta cousine Fernande,
Pour coudre des anneaux aux rideaux
Bien qu'on le lui défende,
Prend les aiguilles du phono ?
Est-ce que je te demande
Si, lorsque t'achètes des pruneaux
T'exiges de la marchande
Qu'elle te retire les noyaux
Si ton boucher joue du banjo
Si ton parrain aime les poireaux ?
Est-ce que je te demande
Si ta grand-mère fait du vélo ?

Jean-Paul Gazeau

5 commentaires

#1  - janie béghin a dit :

Vélo et jeunes filles en fleurs
C'est vrai que la question a de quoi interpeler ! Je n'ai jamais vu ma grand- mère faire du vélo, et enfant n'y aurai jamais pensé ! Ma mère, passe encore, par nécessité pendant la Guerre pour aller se procurer un lapin dans une ferme éloignée.
Grâce soit rendue à l'auteure d''Une jeune fille rangée" pour qui vélo=liberté, mais alors d'où vient cette fichue expression "en voiture Simone" ?

Répondre
#2  - Jean-Paul Gazeau a dit :

La Simone en question est née à Royan !

Répondre
#3  - ESKENAZI Jacques a dit :

Inviter Albert Willemetz et Sacha Guitry à venir s'exprimer sur ce blog, c'est un peu comme demander à Woody Allen et Oscar Wilde de venir contribuer à notre bonheur...

Répondre
#4  - Annie Birkemeier a dit :

- Sacha Guitry : « Dr, ma femme est clouée au lit, j’eusse aimé que vous la vissiez ! »

Répondre
#5  - Jacques Eskénazi a dit :

Vieux proverbe arabe (...ou autre...) " Si tu cherches une femme belle, intelligente et bonne maîtresse de maison, tu ne cherches pas une femme , mais trois..."

Répondre

Écrire un commentaire

Quelle est le troisième caractère du mot ntb1k0d ?

Fil RSS des commentaires de cet article