Les cafés littéraires, philo, sorties et autres au 28 septembre 2022
_______________________________________________________________________________________
_______________________________________________________________________________________

☕ 31 octobre 2016 : 61ème séance des rendez-vous littéraires de Royan

Rédigé par webmestre Aucun commentaire
Classé dans : les rendez-vous Mots clés : aucun

          Tandem à deux voix sur le vélo. Michel Bonduelle, ex-rédacteur-en-chef du magazine " Déttours en France " et Jean Montagnac de l'association " les rendez-vous littéraires de Royan ".

 

Roland Barthes - De la singularité du Mont Ventoux

L'étape qui subit la personnification la plus forte, c'est l'étape du Mont Ventoux. Les grands cols, alpins ou pyrénéens, pour durs qu'ils soient, restent malgré tout des passages, ils sont sentis comme des objets à traverser ; le col est trou, il accède difficilement à la personne ; le Ventoux, lui, a la plénitude du mont, c'est le dieu du mal, auquel il faut se sacrifier. Véritable Moloch, despote des cyclistes, il ne pardonne jamais aux faibles, se fait payer un tribut de souffrances. Physiquement, le Ventoux est affreux : chauve (atteint de séborrhée sèche, dit l'Équipe), il est l'esprit même du Sec ; son climat absolu (il est bien plus une essence de climat qu'un espace géographique) en fait un terrain damné, un lieu d'épreuve pour le héros, quelque chose comme un enfer supérieur où le cycliste définira la vérité de son salut : il vaincra le dragon soit avec l'aide d'un dieu (Gaul, ami de Phoebus) soit par pur prométhéisme, opposant à ce dieu du Mal, un démon encore plus dur (Bobet, Satan de la bicyclette).
Le Tour dispose donc d'une véritable géographie homérique. Comme dans l'Odyssée, la course est ici à la fois périple d'épreuves et exploration totale des limites terrestres. Ulysse avait atteint plusieurs fois les portes de la Terre. Le Tour, lui aussi, frôle en plusieurs points le monde inhumain : sur le Ventoux, nous dit-on, on a déjà quitté la planète Terre, on voisine là avec des astres inconnus. Par sa géographie, le Tour est donc recensement encyclopédique des espaces humains ; et si l'on reprenait quelque schéma vichien de l'histoire, le Tour y représenterait cet instant ambigu où l'homme personnifie fortement la nature pour la prendre plus facilement à partie et mieux s'en libérer.

Mythologies, Le Tour de France comme épopée, Editions du Seuil, 1957


______________


Éric Fottorino - Un petit vélo dans la tête

Réminiscences d’enfance

Je fonce tête baissée, poursuivi par un cortège de champions. Ils sont tous là, ceux d'hier, Anquetil, Bahamontes, Merckx, Hinault, Fignon. Ils mènent la chasse derrière moi. Je suis encore en tête mais pour combien de temps ? Un homme seul peut-il résister à l'histoire du vélo, aux légendes lancées à ses trousses ? […] Ils m'auront rattrapé avant le pont, c'est couru. Pourtant j'ai un petit vélo dans la tête qui tourne à plein régime. Croyez-moi ou non, ça m'est égal, il m'arrive de me retourner pour voir s'ils ne sont pas derrière moi. Je me fais mon film. Je suis dans le film. C'est l'étape reine du Tour. J'y suis. Il faut que je tienne.

Petit Éloge du tour de France, Editons Gallimard, 2013

Écrire un commentaire

Quelle est le troisième caractère du mot 3kam7 ?

Fil RSS des commentaires de cet article