Les cafés littéraires, philo, sorties et autres au 9 août 2022

les rendez-vous littéraires de Royan du 6 septembre 2022 : " Un amour de Proust " par Jean-Marc Quaranta, à la Maison des Associations, espace Pelletan, Royan

AVIS : suite à des modifications techniques importantes du site en cours, risque de perturbations jusque début septembre...

🔖 Emmanuel de Waresquiel : Entre deux rives (éditions L'Iconoclaste, 2012)

Rédigé par webmestre Aucun commentaire
Classé dans : bonnes feuilles Mots clés : aucun

Emmanuel de Waresquiel

Entre deux rives

 

Paul Léautaud, la mort, "ce n'est rien"

 

"Son journal littéraire est pour lui comme une seconde peau. Il finira par prendre tant d'importance qu'il décidera de sa façon d'être, de penser, de rêver. Il lui jouera des tours lorsque certaines de ses maîtresses en liront à la dérobée les passages les plus vifs et se mettront en colère. Il déterminera beaucoup, à la fin de sa vie, ses rapports avec Marie Dormoy, qui après mille projets en publiera un premier volume en 1954, deux ans avant la mort de son auteur. Cela faisait plus de soixante ans qu'il écrivait.

 

Léautaud vivait de façon casanière, à Paris d'abord, à Fontenay-aux-Roses ensuite. Il n'a presque pas voyagé sinon jusqu'à Pornic où il allait rejoindre l'été la femme qui a sans doute le plus compté dans sa vie, et pour se rendre à son bureau du Mercure, pendant plus de trente ans, par le train de banlieue, deux fois par jour, depuis la gare de Fontenay jusqu'à celle du Luxembourg. Son monde est étroit, presque étriqué, à la dimension de ce qu'il voit et de ce qu'il entend. Il a forgé son style en autodidacte. Il n'a été influencé par aucun des multiples courants littéraires qui se sont succédé pendant plus d'un demi-siècle. Il a détesté son temps au point de lui tourner le dos. Tout est ordinaire dans sa vie, et pourtant le récit qu'il en donne, jour après jour, mois après mois, est extraordinaire, parce que, en parlant sans cesse de lui, de sa solitude, de sa mélancolie, de ses impatiences, de sa misanthropie, de ses plaisirs, de sa férocité, de ses attendrissements, au fil de la plume et comme s'il dialoguait silencieusement avec lui-même, ses sentiments, ses souvenirs, il nous dit de nous-mêmes ce que nous n'osons pas nous dire. Il nous prévient de nos illusions.

 

Avec lui, la vérité est multiple, elle a d'innombrables faces, et chacune de ces faces a son contraire, avec lui ce n'est pas la perfection, forcément fabriquée et impersonnelle, ce sont les faiblesses, les défaillances qui comptent vraiment et révèlent un caractère. Avec lui, le respect et l'admiration le cèdent toujours à la clairvoyance, à la curiosité, à l'amusement de lui-même et des autres. Avec lui, le doute est le corollaire absolu de l'intelligence. Avec lui, toute chose est bonne à dire. "Je ne connais pas d'opinions qui ne puissent pas s'exprimer. Je n'en connais pas." Léautaud est une sorte de moraliste qui s'ignore. Il défend, il condamne passionnément. Il refuse d'être juste. Il est attiré par ce qui est à son image, les frondeurs, les originaux, les solitaires, les vies singulières. Il déteste le zèle, les honneurs, le panache, les causes pour lesquelles on se sacrifie, sinon celle des animaux. L'expression "mourir pour la patrie"  le fait bien rire. D'ailleurs, il a horreur de la guerre. Elle ne laisse en vie que les imbéciles. "C'est bien fait", dira-t-il en 1945 lorsqu'on commencera à se rendre compte du gâchis. Il se méfie de lui-même comme des autres. Il s'emporte, il rêvasse. Il a passé sa vie à apprendre à se connaître. Il n'écrit pas par obligation, il écrit par plaisir. Il aime les choses légères, vives, railleuses, la gaieté qui cache la tristesse mais la laisse deviner."

26, 27,28 - L'Iconoclaste - Ed. 2012

 

🔖 Elie Treese : Ni ce qu'ils espèrent, ni ce qu'ils croient (éditions Allia)

Rédigé par webmestre Aucun commentaire
Classé dans : bonnes feuilles Mots clés : aucun

Élie TREESE

Ni ce qu'ils espèrent,

Ni ce qu'ils croient

 

"LA LUNE a continué de monter tandis qu'on ne disait rien, et parfois, simplement, Hadès tétait un coup de gnôle avant de cracher dans la pente. Et His Majesté restait à genoux devant le feu, comme une sorte de prêtre étrange avec ses cheveux qui tombaient sur son pull en laine noire et le vent montait lentement comme une source intérieure, sortie de la roche glacée, et on a tous serré un peu nos cols, l'un après l'autre, et même le vieil Hadès semblait s'enfoncer de temps en temps dans sa veste comme pour se renfoncer dans la chaleur d'un souvenir. La flamme tirait maintenant vers la gauche et le chantier, en imprimant des motifs bizarres sur la bouteille de gnôle. Puis His Majesty a dit en tout cas, si les morts nous laissent en paix, c'est certain qu'on ne sera pas dérangés par les vivants dans ce coin, et on peut dire que Low a eu une riche idée de choisir cet endroit parce que c'est bien certain qu'il n'y a pas deux personnes dans toute la vallée, et ces gorges sont si désertes qu'on dirait que la terre semble avoir arrêté un instant de jouer sa vie futile. Et j'ai dit tu as foutrement raison, c'est sûr qu'on sera tranquilles ici, et on fera ce travail qu'on a à faire comme si c'était une chose importante, peut-être même la chose la plus importante qui soit, et pour illustrer ça, j'ai bu une longue gorgée de gnôle sous le regard confiant d'Hadès qui souriait en montrant ses dents sombres."

Editions ALLIA  - Chapitre 3

 

Fil RSS des articles